Afin de répondre à l’un des défis majeurs du XXIème siècle, celui de la transition énergétique qui vise à transformer les modes de production, de distribution et de consommation d’énergie pour réduire leur impact sur l’environnement et le climat, les départements EEA, Mécanique et Physique de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier proposent une offre de formations complète et cohérente au sein de la mention de master ENERGIE.

En fédérant des compétences transdisciplinaires adaptées aux besoins du secteur de l’énergie en mutation rapide, la mention de master Energie permet à des étudiants provenant de différents parcours universitaires ou professionnels de niveau BAC+3 minimum ou équivalent de se préparer au mieux aux métiers d’ingénieur ou de chercheur du secteur de l’énergie et au large panel d’activités associées. Elle forme des cadres compétents dans les technologies et techniques de la transition énergétique en lien avec :

  • des moyens de production d’énergie « bas carbone », 
  • des techniques de dépollution pour réduire l’impact environnemental des moyens de production d’énergie,
  • des recherches dans le domaine des fluides, des matériaux, des procédés et des transferts énergétiques, 
  • des techniques de stockage et d’optimisation de la distribution de l’énergie provenant de sources diverses mises en réseau,
  • l’optimisation des systèmes énergétiques,
  • l’efficacité énergétique dans l’industrie, les transports le tertiaire et le bâtiment.

La mention de master Energie est constituée de 5 parcours complémentaires qui répondent aux attentes des étudiants et du monde socio-économique engagés pour une transition énergétique :

Ce parcours est porté par le département de Mécanique permet d’acquérir des compétences opérationnelles, scientifiques et techniques en maîtrisant à la fois les connaissances fondamentales du domaine et les méthodes à mettre en œuvre pour la résolution de problématiques issues de l’industrie ou de la recherche académique. Parmi ces compétences :

  • Modéliser, dimensionner, optimiser des systèmes énergétiques mettant en jeu des fluides ;
  • Identifier, concevoir ou mettre en œuvre des outils de simulation numérique dédiés pour la résolution de problèmes couplés de mécanique des fluides et d’énergétique ;
  • Concevoir et mettre en œuvre une approche expérimentale de systèmes énergétiques couplées, collecter, interpréter des données et les confronter aux modèles ;
  • Rechercher des solutions à un problème scientifique ou technologique relevant du domaine de l’énergie dans des secteurs applicatifs pluridisciplinaires (combustion, acoustique, plasmas, contrôle des écoulements, fluides polyphasiques, milieux complexes, microfluidique, etc).

Débouchés professionnels : Ingénieur R&D et bureau d’étude, chargé de projet, chercheur

Plus d’informations sur le site web dédié.

Ce parcours est porté par le département de Mécanique est axé sur les écoulements avec transferts de masse et de chaleur, changement de phase et réactions chimiques et leur couplage avec les procédés chimiques et ou électriques. Les diplômés de ce parcours seront capables de :

  • Dimensionner, concevoir et optimiser des procédés énergétiques mettant en œuvre des fluides,
  • Réaliser des modèles et des simulations de ces procédés,
  • Instrumenter des systèmes énergétiques et procédés mettant en œuvre des fluides,
  • Définir et conduire des tests et des essais sur ces systèmes,
  • Conduire et gérer des projets de conception ou d’hybridation de systèmes énergétiques fluides avec les autres sources d’énergie.

Accessible dans le cadre de la Formation Initiale et de la Formation continue (possibilité VAE ou VAPP), ce parcours est également ouverte à l’alternance (contrats de professionnalisation, contrats d’apprentissage).

Débouchés professionnels : Ingénieur (bureau d’étude, méthodes, R&D, production, exploitation, sécurité, maintenance, technico-commercial, conseil).

Nouveau parcours, ouverture à la rentrée de septembre 2022.

Ce parcours est porté par le département de Physique est centré sur la maîtrise de la gestion des énergies multi-sources (électrique, gaz, chaud et froid), mises en réseaux abordant la production électrique par méthanisation et pile à combustible, le transport de ces énergies, le stockage (hydrogène, en particulier), la gestion des ressources énergétiques, l’efficacité énergétique et l’aspect normatif/législatif. L’objectif est de répondre au besoin d’équilibrer l’offre et la demande d’énergie et d’optimiser le fonctionnement des infrastructures par une gestion intelligente des énergies mises en réseaux Les diplômés de ce parcours seront capables de :

  • Mettre en œuvre des solutions d’efficacité énergétique en milieu industriel,
  • Prévoir la production et la consommation électrique et leur incidence sur les réseaux,
  • Réaliser des missions d’audit en efficacité énergétique pour des installations et des systèmes industriels,
  • Identifier, analyser et piloter les différents moyens de production d’énergie et leur couplage au réseau de distribution d’électricité et de gaz,
  • Identifier les différents modes de transport d’énergie mettant en œuvre les fluides, 
  • Modéliser et programmer des procédés énergétiques,
  • Réaliser de la métrologie, de l’instrumentation et analyser les données issues de systèmes énergétiques.

Accessible dans le cadre de la Formation Initiale et de la Formation continue (possibilité VAE ou VAPP), ce parcours est également ouverte à l’alternance (contrats de professionnalisation, contrats d’apprentissage).

Débouchés professionnels : conseiller ou chargé de mission énergie, energy manager, consultant green IT, agrégateur, dispatcher, ingénieur en génie des matériaux.

Nouveau parcours, ouverture à la rentrée de septembre 2022.

Ce parcours est porté par le département de Physique permet d’acquérir les connaissances et les compétences utilisées dans les métiers associés à la production d’énergie électrique dans les domaines des énergies conventionnelles (nucléaire, hydroélectrique…) et des énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien…), de la maintenance industrielle, de la sûreté nucléaire, de l’ingénierie et des matériaux dans le respect de la transition énergétique. Les diplômés de ce parcours auront les aptitudes nécessaires au développement de l’activité de production d’énergie et à l’organisation des activités de maintenance des installations :

  • Suivre et analyser les données de production électrique d’une installation,
  • Définir les modalités d’industrialisation des productions et coordonner la mise en fonctionnement des équipements et installations par des tests et essais,
  • Organiser et programmer des opérations de maintenance préventive/corrective et en suivre la réalisation
  • Identifier les solutions techniques d’amélioration des installations (qualité, cycles, sécurité, …).

Les diplômés de ce parcours auront en plus des compétences en matière de radioprotection :

  • Réaliser des analyses sûreté à l’aide des référentiels,
  • Concevoir et décliner les plans, les démarches et les actions hygiène, sécurité, environnement,
  • Suivre et contrôler la conformité réglementaire, fonctionnelle ou de mise en œuvre des installations et équipements.

En M2, une formation renforcée aux méthodes expérimentales de la physique nucléaire et des hautes énergies et de l’analyse des données est proposée pour faciliter l’accès aux métiers de la recherche et du développement.

Accessible dans le cadre de la Formation Initiale et de la Formation continue (possibilité VAE ou VAPP), ce parcours est également ouverte à l’alternance (contrats de professionnalisation, contrats d’apprentissage).

Débouchés professionnels : Ingénieur de production d’énergie, ingénieur d’exploitation, ingénieur de maintenance, ingénieur sureté en industrie nucléaire, ingénieur en radioprotection, ingénieur de projet, Ingénieur d’études, ingénieur d’applications, ingénieur qualité industrielle.

Plus d’informations sur le site web dédié.

Ce parcours est porté par le département Electronique, Energie électrique, Automatique concerne la science et les applications des plasmas froids. La formation est axée sur la pratique avec de longues périodes de stage en M1 et M2. De plus, il est possible de le suivre dans le cadre d’une bidiplomation avec une des université canadiennes partenaires (INRS, Université Laval, Université de Montréal). Dans ce cas, les étudiants passent une année au Canada avec une bourse et obtiennent les diplômes des deux universités. Les diplômés de ce parcours seront capables de :

  • Analyser les différents mécanismes physiques dans les milieux,
  • Dimensionner et réaliser une chaine de mesures sur un système plasma,
  • Utiliser et paramétrer un logiciel de simulation commercial,
  • Identifier et mettre en œuvre différentes techniques de caractérisation des plasmas,
  • Dimensionner et concevoir un système plasma dans un environnement complexe,
  • Identifier les technologies adaptées aux différentes sources plasmas,
  • Identifier le type de plasma en adéquation avec l’application visée.

Débouchés professionnels : Ingénieur procédés plasmas, chargé de projet, ingénieur R&D.

Plus d’informations sur le site web dédié.